One place for hosting & domains

      Comment

      Comment sauvegarder, restaurer et migrer une base de données MongoDB sur Ubuntu 20.04


      L’auteur a choisi le COVID-19 Relief Fund pour recevoir un don dans le cadre du programme Write for DOnations.

      Introduction

      MongoDB est l’un des moteurs de base de données NoSQL les plus populaires. Il doit sa célébrité à son évolutivité, sa robustesse, sa fiabilité et sa facilité d’utilisation. À l’aide de cet article, vous allez sauvegarder, restaurer et migrer un échantillon de base de données MongoDB.

      Lorsque l’on parle d’importation et d’exportation d’une base de données, nous faisons référence à la gestion de données sous un format lisible par l’homme et qui sont compatibles avec d’autres produits logiciels. En revanche, les opérations de sauvegarde et de restauration de MongoDB créent ou utilisent des données binaires spécifiques à MongoDB. Elles préservent non seulement la cohérence et l’intégrité de vos données mais également leurs attributs MongoDB spécifiques. Par conséquent, lors de la migration, il est généralement recommandé d’utiliser la sauvegarde et la restauration dans la mesure où les systèmes source et cible sont compatibles.

      Conditions préalables

      Avant de suivre ce tutoriel, vérifiez si vous répondez bien aux conditions préalables suivantes :

      Sauf indication contraire, toutes les commandes qui nécessitent des privilèges root dans ce tutoriel doivent être exécutées en tant que non-root user avec des privilèges sudo.

      Étape 1 — Utiliser JSON et BSON dans MongoDB

      Avant de poursuivre avec cet article, vous devez avoir quelques connaissances de base sur le sujet. Si vous avez de l’expérience avec d’autres systèmes de base de données NoSQL comme Redis, il se peut que vous trouviez quelques similitudes avec MongoDB.

      MongoDB utilise les formats JSON et BSON (JSON binaire) pour stocker ses informations. JSON est le format lisible par l’homme, idéal pour exporter et éventuellement importer vos données. Vous pouvez également gérer vos données exportées avec tout outil qui prend en charge JSON et notamment un éditeur de texte simple.

      Voici à quoi ressemble un exemple de document JSON :

      Example of JSON Format

      {"address":[
          {"building":"1007", "street":"Park Ave"},
          {"building":"1008", "street":"New Ave"},
      ]}
      

      Bien que le format JSON soit pratique pour travailler, il ne prend cependant pas en charge tous les types de données disponibles dans BSON. Cela signifie que, si vous utilisez JSON, vous ferez l’expérience de ce que l’on nomme une « perte de fidélité » des informations. Que ce soit pour la sauvegarde ou la restauration, il est donc préférable d’utiliser le format binaire BSON.

      Deuxièmement, vous n’aurez plus à vous soucier de créer explicitement une base de données MongoDB. Si la base de données spécifiée que vous souhaitez importer n’existe pas encore, elle sera automatiquement créée. Cette fonctionnalité est encore plus pratique avec la structure des collections (tables de la base de données). Contrairement à d’autres moteurs de base de données, dans MongoDB, la structure est également créée automatiquement à l’insertion du premier document (ligne de la base de données).

      Troisièmement, dans MongoDB, il se peut que la lecture et l’insertion de grandes quantités de données, (comme les tâches de cet article par exemple) exigent un volume intensif de ressources et consomment une grande partie de votre CPU, de votre mémoire et de votre espace disque. Ce point est crucial, car on utilise fréquemment MongoDB avec de grandes bases de données et les Big Data. Pour palier ce problème, la solution la plus simple consiste à exécuter les exportations et les sauvegardes pendant la nuit ou en-dehors des heures de pointe.

      Quatrièmement, il se peut que la cohérence des informations pose des problèmes si le serveur MongoDB est occupé et si les informations qui s’y trouvent changent pendant le processus d’exportation ou de sauvegarde de la base de données. Il existe une solution possible à ce problème qui est la réplication. Vous pourrez envisager de l’utiliser une fois que vous en saurez davantage sur MongoDB.

      Bien que vous puissiez utiliser les fonctions import et export pour sauvegarder et restaurer vos données, il existe de meilleures façons d’assurer la complète intégrité de vos bases de données MongoDB. Pour sauvegarder vos données, nous vous recommandons d’utiliser la commande mongodump. Pour la restauration, utilisez mongorestore. Voyons comment ces deux commandes fonctionnent.

      Étape 2 — Utiliser mongodump pour sauvegarder une base de données MongoDB

      Examinons tout d’abord de quelle manière sauvegarder votre base de données MongoDB.

      Un des arguments essentiels de mongodump est --db. Il spécifie le nom de la base de données que vous souhaitez sauvegarder. Si vous omettez de spécifier le nom de la base de données, mongodump procédera à la sauvegarde de toutes vos bases de données. Le second argument important est --out. Il permet de définir le répertoire dans lequel les données seront déchargées. Par exemple, sauvegardons la base de données newdb et sauvegardons-la dans le répertoire /var/backups/mongobackups. Idéalement, chacune de nos sauvegardes devraient se trouver dans un répertoire affichant la date du jour comme suit : /var/backups/mongobacackup/10-29-20.

      Créez tout d’abord ce répertoire /var/backups/mongobackups :

      • sudo mkdir /var/backups/mongobackups

      Ensuite, exécutez mongodump :

      • sudo mongodump --db newdb --out /var/backups/mongobackups/`date +"%m-%d-%y"`

      Vous verrez un résultat similaire à ce qui suit :

      Output

      2020-10-29T19:22:36.886+0000 writing newdb.restaurants to 2020-10-29T19:22:36.969+0000 done dumping newdb.restaurants (25359 documents)

      Notez que, dans le chemin du répertoire ci-dessus, nous avons utilisé date +"%m-%d-%y qui permet d’obtenir la date du jour automatiquement. Nos sauvegardes se trouveront ainsi dans le répertoire nommé de la manière suivante : /var/backups/10-29-20/. Ceci est particulièrement pratique pour automatiser les sauvegardes.

      À ce stade, vous disposez d’une sauvegarde complète de la base de données newdb dans le répertoire /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/. Cette sauvegarde intègre tout ce dont vous avez besoin pour restaurer la newdb correctement et préserver sa dénommée « fidélité ».

      En règle générale, vous devriez régulièrement procéder à des sauvegardes, de préférence au moment où le serveur est le moins chargé. Par conséquent, vous pouvez configurer la commande mongodump comme un travail cron afin qu’elle s’exécute régulièrement, par exemple, chaque jour à 03:03 du matin.

      Pour cela, ouvrez crontab, l’éditeur de cron :

      Notez que, lorsque vous exécutez sudo crontab, vous allez modifier les tâches cron pour le root user. Cette commande est recommandée. En effet, si vous configurez les crons pour votre utilisateur, ils ne s'exécuteront pas correctement, surtout si votre profil sudo nécessite une vérification du mot de passe.

      Dans l'invite crontab, insérez la commande mongodump suivante :

      crontab

      3 3 * * * mongodump --out /var/backups/mongobackups/`date +"%m-%d-%y"`
      

      Dans la commande ci-dessus, nous avons omis l'argument --db sur l'objet délibérément, car vous souhaiterez généralement sauvegarder toutes vos bases de données.

      En fonction de la taille de votre base de données MongoDB, vous devriez rapidement manquer d'espace disque à cause du nombre élevé de sauvegardes. C'est pourquoi il est également recommandé de nettoyer ou de compresser régulièrement les anciennes sauvegardes.

      Par exemple, si vous souhaitez supprimer toutes les sauvegardes de plus de sept jours, vous pouvez utiliser la commande bash suivante :

      • find /var/backups/mongobackups/ -mtime +7 -exec rm -rf {} ;

      De la même manière que la commande mongodump précédente, vous pouvez également ajouter cette commande en tant que cron. Elle devra être exécutée juste avant de commencer la prochaine sauvegarde, par exemple, à 03:01 du matin. Pour cela, ouvrez à nouveau crontab :

      Ensuite, insérez la ligne suivante :

      crontab

      1 3 * * * find /var/backups/mongobackups/ -mtime +7 -exec rm -rf {} ;
      

      Enregistrez et fermez le fichier.

      En exécutant toutes les tâches de cette étape, vous disposerez d'une solution de sauvegarde adaptée à vos bases de données MongoDB.

      Étape 3 — Utiliser mongorestore pour restaurer et migrer une base de données MongoDB

      Lorsque vous restaurez votre base de données MongoDB à l'aide d'une sauvegarde précédente, vous obtenez la copie exacte de vos informations MongoDB à un moment particulier qui inclut tous les index et les types de données. Ceci est particulièrement utile pour migrer vos bases de données MongoDB. Pour restaurer MongoDB, nous allons utiliser la commande mongorestore qui fonctionne avec les sauvegardes binaires générées par mongodump.

      Continuons à travailler sur nos exemples avec la base de données newdb pour voir de quelle manière nous pouvons la restaurer à partir de la sauvegarde précédemment réalisée. Nous allons tout d'abord spécifier le nom de la base de données en utilisant l'argument --nsInclude. Nous allons ensuite utiliser newdb.* pour restaurer toutes les collections. Pour restaurer une collection unique, comme restaurants, utilisez plutôt newdb.restaurants.

      Puis, en utilisant --drop, nous allons veiller à ce que la base de données cible soit tout d'abord supprimée afin que la sauvegarde puisse être restaurée dans une base de données propre. Pour finir, nous allons spécifier le répertoire de la dernière sauvegarde, dont l'appellation devrait ressembler à ce qui suit : /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/.

      Une fois que vous disposez d'une sauvegarde horodatée, vous pouvez la restaurer en utilisant la commande suivante :

      • sudo mongorestore --db newdb --drop /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/

      Vous verrez un résultat similaire à ce qui suit :

      Output

      2020-10-29T19:25:45.825+0000 the --db and --collection args should only be used when restoring from a BSON file. Other uses are deprecated and will not exist in the future; use --nsInclude instead 2020-10-29T19:25:45.826+0000 building a list of collections to restore from /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb dir 2020-10-29T19:25:45.829+0000 reading metadata for newdb.restaurants from /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/restaurants.metadata.json 2020-10-29T19:25:45.834+0000 restoring newdb.restaurants from /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/restaurants.bson 2020-10-29T19:25:46.130+0000 no indexes to restore 2020-10-29T19:25:46.130+0000 finished restoring newdb.restaurants (25359 documents) 2020-10-29T19:25:46.130+0000 done

      Dans le cas ci-dessus, nous avons restauré les données sur le serveur dans lequel nous avons créé la sauvegarde. Si vous souhaitez migrer les données sur un autre serveur et utiliser la même technique, vous devrez alors copier le répertoire de sauvegarde, c'est-à-dire /var/backups/mongobackups/10-29-20/newdb/ dans notre cas, sur l'autre serveur.

      Conclusion

      Vous avez désormais exécuté quelques-unes des tâches essentielles liées à la sauvegarde, la restauration et la migration de vos bases de données MongoDB. Aucun serveur MongoDB de production ne devrait jamais être exécuté sans une stratégie de sauvegarde fiable, comme celle décrite ici.



      Source link

      Comment importer et exporter une base de données MongoDB sur Ubuntu 20.04


      L’auteur a choisi le COVID-19 Relief Fund pour recevoir un don dans le cadre du programme Write for DOnations.

      Introduction

      MongoDB est l’un des moteurs de base de données NoSQL les plus populaires. Il doit sa célébrité à son évolutivité, sa puissance, sa fiabilité et sa facilité d’utilisation. Dans cet article, nous allons vous montrer de quelle manière importer et exporter vos bases de données MongoDB.

      Notez que par import et export, nous faisons référence aux opérations qui traitent des données sous un format lisible par l’homme, compatibles avec d’autres produits logiciels. En revanche, les opérations de sauvegarde et de restauration créent ou utilisent des données binaires spécifiques à MongoDB, qui préservent la cohérence et l’intégrité de vos données et également ses attributs MongoDB spécifiques. Par conséquent, lors de la migration, il est généralement recommandé d’utiliser la sauvegarde et la restauration dans la mesure où les systèmes source et cible sont compatibles.

      La sauvegarde, la restauration et les tâches de migration ne sont pas traitées dans cet article. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez Comment sauvegarder, restaurer et migrer une base de données MongoDB sur Ubuntu 20.04.

      Conditions préalables

      Pour suivre ce tutoriel, vous aurez besoin des éléments suivants :

      Étape 1 — Importer des informations dans MongoDB

      Pour apprendre à importer des informations dans MongoDB, nous allons utiliser un échantillon populaire de base de données MongoDB, les restaurants. Elle est au format .json et peut être téléchargée en utilisant wget de la manière suivante :

      • wget https://raw.githubusercontent.com/mongodb/docs-assets/primer-dataset/primer-dataset.json

      Une fois le téléchargement terminé, vous devriez obtenir un fichier nommé primer-dataset.json (de 12 Mo) dans le répertoire actuel. Importons les données de ce fichier dans une nouvelle base de données que nous appellerons newdb et dans une collection nommée restaurants.

      Utilisez la commande mongoimport de la manière suivante :

      • sudo mongoimport --db newdb --collection restaurants --file primer-dataset.json

      Le résultat ressemblera à ceci :

      Output

      2020-11-11T19:37:55.607+0000 connected to: mongodb://localhost/ 2020-11-11T19:37:57.841+0000 25359 document(s) imported successfully. 0 document(s) failed to import

      Comme la commande ci-dessus l’indique, nous avons importé 25 359 documents. Étant donné que nous ne disposions pas d’une base de données appelée newdb, MongoDB l’a créée automatiquement.

      Vérifions l’importation.

      Connectez-vous à la base de données newdb nouvellement créée :

      Vous êtes maintenant connecté à l'instance de base de données newdb. Notez que votre invite a changé et indique désormais que vous êtes connecté à la base de données.

      Comptez les documents dans la collection de restaurants en utilisant la commande suivante :

      Le résultat affichera 25359, qui correspond au nombre de documents importés. Pour procéder à une vérification plus approfondie, vous pouvez sélectionner le premier document dans la collection des restaurants de la manière suivante :

      Le résultat ressemblera à ceci :

      [secondary label Output]
      {
          "_id" : ObjectId("5fac3d937f12c471b3f26733"),
          "address" : {
              "building" : "1007",
              "coord" : [
                  -73.856077,
                  40.848447
              ],
              "street" : "Morris Park Ave",
              "zipcode" : "10462"
          },
          "borough" : "Bronx",
          "cuisine" : "Bakery",
          "grades" : [
              {
                  "date" : ISODate("2014-03-03T00:00:00Z"),
                  "grade" : "A",
                  "score" : 2
              },
      ...
          ],
          "name" : "Morris Park Bake Shop",
          "restaurant_id" : "30075445"
      }
      

      Une telle vérification détaillée pourrait révéler la présence de problèmes avec les documents comme avec leur contenu, leur encodage, etc. Le format json utilise l'encodage UTF-8 et vos exportations et importations devraient utiliser ce même encodage. Gardez cela à l'esprit lorsque vous modifiez des fichiers json manuellement. Dans le cas contraire, MongoDB gérera cela automatiquement à votre place.

      Pour quitter l'invite MongoDB, tapez exit à l'apparition de l'invite :

      Vous serez renvoyé à l'invite de ligne de commande normale en tant que non-root user.

      Étape 2 — Exporter des informations à partir de MongoDB

      Comme nous l'avons précédemment mentionné, en exportant des informations MongoDB, vous pouvez obtenir un fichier de texte lisible par l'humain. Les informations sont exportées par défaut sous format json, mais vous pouvez les également exporter sous csv (valeur séparée par des virgules).

      Pour exporter des informations de MongoDB, utilisez la commande mongoexport. Elle vous permet de procéder à une exportation très minutieuse afin que vous puissiez spécifier une base de données, une collection, un champ et même utiliser une requête pour l'exportation.

      Par exemple, un mongoexport simple consisterait à exporter la collection de restaurants à partir de la base de données newdb que nous avons précédemment importée. Vous pouvez procéder à cette opération de la manière suivante :

      • sudo mongoexport --db newdb -c restaurants --out newdbexport.json

      Dans la commande ci-dessus, nous utilisons ---db pour spécifier la base de données, -c pour la collection et --out pour le fichier dans lequel les données seront enregistrées.

      La sortie d'un mongoexport réussie devrait ressembler à ceci :

      Output

      2020-11-11T19:39:57.595+0000 connected to: mongodb://localhost/ 2020-11-11T19:39:58.619+0000 [###############.........] newdb.restaurants 16000/25359 (63.1%) 2020-11-11T19:39:58.871+0000 [########################] newdb.restaurants 25359/25359 (100.0%) 2020-11-11T19:39:58.871+0000 exported 25359 records

      La sortie ci-dessus indique que 25 359 documents ont été importés, le même nombre que celui des documents importés.

      Dans certains cas, vous aurez éventuellement besoin d'exporter uniquement une partie de votre collection. En considérant la structure et le contenu du fichier json des restaurants, exportons tous les restaurants qui satisfont aux critères suivants : localisés dans le quartier du Bronx et proposant de la cuisine chinoise. Pour obtenir ces informations directement, tout en étant connecté à MongoDB, connectez-vous à nouveau à la base de données :

      Ensuite, utilisez la requête suivante :

      • db.restaurants.find( { "borough": "Bronx", "cuisine": "Chinese" } )

      Les résultats s'affichent sur le terminal :

      Output

      • 2020-12-03T01:35:25.366+0000 connected to: mongodb://localhost/
      • 2020-12-03T01:35:25.410+0000 exported 323 records

      Pour quitter l'invite MongoDB, tapez exit :

      Si vous souhaitez exporter les données à partir d'une ligne de commande sudo, plutôt que pendant que vous êtes connecté à la base de données, intégrez la requête précédente dans la commande mongoexport, en la spécifiant pour l'argument -q comme ceci :

      • sudo mongoexport --db newdb -c restaurants -q "{"borough": "Bronx", "cuisine": "Chinese"}" --out Bronx_Chinese_retaurants.json

      Notez que nous omettons les guillemets en utilisant backslash () dans la requête. De la même manière, vous devez omettre tout autre caractère spécial dans la requête.

      Si l'exportation est probante, le résultat devrait ressembler à ce qui suit :

      Output

      2020-11-11T19:49:21.727+0000 connected to: mongodb://localhost/ 2020-11-11T19:49:21.765+0000 exported 323 records

      Ce qui précède indique que 323 enregistrements ont été exportés. Vous pouvez les trouver dans le fichier Bronx_Chinese_retaurants.json que nous avons spécifié.

      Utilisez cat et less pour analyser les données :

      • cat Bronx_Chinese_retaurants.json | less

      Utilisez SPACE pour paginer à travers les données :

      Output

      • date":{"$date":"2015-01-14T00:00:00Z"},"grade":"Z","score":36}],"na{"_id":{"$oid":"5fc8402d141f5e54f9054f8d"},"address":{"building":"1236","coord":[-73.8893654,40.81376179999999],"street":"238 Spofford Ave","zipcode":"10474"},"borough":"Bronx","cuisine":"Chinese","grades":[{"date":{"$date":"2013-12-30T00:00:00Z"},"grade":"A","score":8},{"date":{"$date":"2013-01-08T00:00:00Z"},"grade":"A","score":10},{"date":{"$date":"2012-06-12T00:00:00Z"},"grade":"B","score":15}],
      • . . .

      Appuyez sur q pour fermer. Vous pouvez maintenant importer et exporter une base de données MongoDB.

      Conclusion

      Cet article vous a présenté les éléments essentiels de l'importation et l'exportation d'informations vers et depuis une base de données MongoDB. Vous pouvez approfondir vos connaissances en consultant Comment sauvegarder, restaurer et migrer une base de données MongoDB sur Ubuntu 20.04.

      Vous pouvez également envisager d'utiliser une réplication. La réplication vous permet de continuer à exécuter votre service MongoDB sans interruption à partir d'un serveur MongoDB esclave alors que vous restaurez le maître à partir d'une défaillance. Une partie de la réplication est le operations log (oplog). Il enregistre toutes les opérations qui modifient vos données. Vous pouvez utiliser ce journal, tout comme vous utiliseriez le journal binaire dans MySQL, pour restaurer vos données une fois la dernière sauvegarde effectuée. N'oubliez pas que, étant donné que les sauvegardes se font généralement pendant la nuit, si vous décidez de restaurer une sauvegarde le soir, vous manquerez toutes les mises à jour qui auront lieu depuis la dernière sauvegarde.



      Source link

      Comment installer MongoDB à partir des référentiels APT par défaut sur Ubuntu 20.04


      Introduction

      MongoDB est une base de données de documents NoSQL gratuite et open source couramment utilisée dans les applications web modernes.

      Dans ce tutoriel, vous allez apprendre à installer MongoDB, gérer son service et activer l’option d’accès à distance.

      Remarque : au moment de sa rédaction, ce tutoriel installe la version 3.6 de MongoDB. Il s’agit de la version mise à disposition à partir des référentiels Ubuntu par défaut. Cependant, nous recommandons généralement d’installer plutôt la dernière version de MongoDB (la version 4.4 au moment de la rédaction). Si vous souhaitez installer la dernière version de MongoDB, nous vous encourageons à suivre le guide suivant sur Comment installer MongoDB sur Ubuntu 20.04 à partir de la source.

      Conditions préalables

      Pour suivre ce tutoriel, vous aurez besoin de :

      Étape 1 — Installation de MongoDB

      Les référentiels des paquets officiels d’Ubuntu incluent MongoDB. Nous pouvons donc installer les paquets nécessaires en utilisant apt. Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, la version disponible à partir des référentiels par défaut n’est pas la plus récente. Pour installer la dernière version de Mongo, veuillez plutôt suivre ce tutoriel.

      Tout d’abord, mettez à jour la liste des paquets pour obtenir la version la plus récente des listes du référentiel :

      Maintenant, installez le paquet MongoDB en lui-même :

      Cette commande vous invite à confirmer si vous souhaitez bien installer le paquet mongodb et ses dépendances. Pour ce faire, appuyez sur Y, puis sur ENTER.

      Cette commande installe plusieurs paquets qui contiennent une version stable de MongoDB, ainsi que des outils de gestion utiles pour le serveur MongoDB. Le serveur de la base de données démarre automatiquement après l'installation.

      Ensuite, vérifions si le serveur fonctionne correctement.

      Étape 2 — Vérification du service et de la base de données

      Le processus d'installation a démarré MongoDB automatiquement. Cependant, vérifions tout de même si le service a bien été lancé et si la base de données fonctionne.

      Tout d'abord, vérifiez l'état du service :

      • sudo systemctl status mongodb

      Vous verrez la sortie suivante :

      Output

      ● mongodb.service - An object/document-oriented database Loaded: loaded (/lib/systemd/system/mongodb.service; enabled; vendor preset: enabled) Active: active (running) since Thu 2020-10-08 14:23:22 UTC; 49s ago Docs: man:mongod(1) Main PID: 2790 (mongod) Tasks: 23 (limit: 2344) Memory: 42.2M CGroup: /system.slice/mongodb.service └─2790 /usr/bin/mongod --unixSocketPrefix=/run/mongodb --config /etc/mongodb.conf

      Selon ce résultat, le serveur MongoDB est opérationnel.

      Pour vérifier cela de manière plus approfondie, en fait, nous allons nous connecter au serveur de base de données et exécuter la commande de diagnostic suivante. Cela générera la version actuelle de la base de données, l'adresse et le port du serveur et la sortie de la commande de l'état :

      • mongo --eval 'db.runCommand({ connectionStatus: 1 })'

      Output

      MongoDB shell version v3.6.8 connecting to: mongodb://127.0.0.1:27017 Implicit session: session { "id" : UUID("e3c1f2a1-a426-4366-b5f8-c8b8e7813135") } MongoDB server version: 3.6.8 { "authInfo" : { "authenticatedUsers" : [ ], "authenticatedUserRoles" : [ ] }, "ok" : 1 }

      Dans la réponse, une valeur de 1 dans le champ ok indique que le serveur fonctionne correctement.

      Ensuite, nous allons apprendre à gérer l'instance du serveur.

      Étape 3 — Gestion du service MongoDB

      Le processus d'installation décrit à l'étape 1 configure MongoDB en tant que service systemd. Cela signifie que vous pouvez le gérer en utilisant des commandes systemctl standard avec tous les autres services du système dans Ubuntu.

      Pour vérifier l'état du service, tapez :

      • sudo systemctl status mongodb

      Vous pouvez arrêter le serveur à tout moment en saisissant ce qui suit :

      • sudo systemctl stop mongodb

      Pour démarrer le serveur lorsqu'il est arrêté, tapez :

      • sudo systemctl start mongodb

      Vous pouvez également redémarrer le serveur en utilisant la commande suivante :

      • sudo systemctl restart mongodb

      Par défaut, MongoDB est configuré pour démarrer automatiquement avec le serveur. Si jamais vous souhaitez désactiver ce démarrage automatique, saisissez ce qui suit :

      • sudo systemctl disable mongodb

      Vous pouvez réactiver le démarrage automatique à tout moment en utilisant la commande suivante :

      • sudo systemctl enable mongodb

      Maintenant, réglons les paramètres du pare-feu de notre installation MongoDB.

      Étape 4 — Réglage du pare-feu (facultatif)

      En supposant que vous ayez suivi les instructions du tutoriel de configuration initiale de serveur pour activer le pare-feu sur votre serveur, le serveur MongoDB sera inaccessible à partir d'Internet.

      Si vous prévoyez d'utiliser MongoDB uniquement en local, avec des applications exécutées sur le même serveur, il s'agit de la configuration recommandée et sécurisée à utiliser. Cependant, si vous souhaitez vous connecter à votre serveur MongoDB à partir d'Internet, vous devez autoriser les connexions entrantes en ajoutant une règle UFW.

      Pour autoriser l'accès à MongoDB sur son port par défaut 27017 à partir de tout endroit, vous pouvez exécuter sudo ufw allow 27017. Cependant, en activant l'accès Internet au serveur MongoDB sur une installation par défaut, toute personne aura un accès sans restriction au serveur de la base de données et à ses données.

      Dans la plupart des cas, MongoDB ne doit être accessible qu'à partir de certains lieux de confiance (un autre serveur hébergeant une application, par exemple). Pour autoriser un autre serveur de confiance à accéder uniquement au port par défaut de MongoDB, vous pouvez spécifier l'adresse IP du serveur distant dans la commande ufw. Ainsi, seule la machine sera explicitement autorisée à se connecter :

      • sudo ufw allow from trusted_server_ip/32 to any port 27017

      Vous pouvez vérifier le changement dans les paramètres de pare-feu avec ufw :

      Vous devriez voir le trafic vers le port 27017 autorisé dans la sortie. Notez que si vous avez décidé d'autoriser une certaine adresse IP à se connecter au serveur MongoDB, l'adresse IP de l'emplacement autorisé sera référencée à la place de Anywhere dans la sortie de cette commande :

      Output

      Status: active To Action From -- ------ ---- OpenSSH ALLOW Anywhere 27017 ALLOW Anywhere OpenSSH (v6) ALLOW Anywhere (v6) 27017 (v6) ALLOW Anywhere (v6)

      Vous pouvez trouver des paramètres de pare-feu plus avancés pour restreindre l'accès aux services dans les Essentiels d'UFW : Règles et commandes communes du pare-feu.

      Même si le port est ouvert, MongoDB continuera toujours d'écouter uniquement l'adresse locale 127.0.0.1. Pour autoriser des connexions à distance, ajoutez l'adresse IP publique de votre serveur au fichier mongodb.conf.

      Ouvrez le fichier de configuration de MongoDB dans votre éditeur de texte préféré. Cet exemple de commande utilise nano :

      • sudo nano /etc/mongodb.conf

      Ajoutez l'adresse IP de votre serveur MongoDB à la valeur bindIP. Veillez à placer une virgule entre l'adresse IP existante et celle que vous avez ajoutée :

      /etc/mongodb.conf

      ...
      logappend=true
      
      bind_ip = 127.0.0.1,your_server_ip
      #port = 27017
      
      ...
      

      Enregistrez le fichier et quittez l'éditeur. Si vous avez modifié le fichier avec nano, faites-le en appuyant sur CTRL + X, Y, puis sur ENTER.

      Ensuite, redémarrez le service MongoDB :

      • sudo systemctl restart mongodb

      MongoDB écoute maintenant les connexions à distance, mais toute personne peut y accéder. Suivez le tutoriel Comment sécuriser MongoDB sur Ubuntu 20.04 pour ajouter un utilisateur administratif et verrouiller un peu plus l'accès.

      Conclusion

      Vous pouvez trouver d'autres tutoriels plus approfondis sur la façon de configurer et d'utiliser MongoDB dans ces articles publiés par la communauté DigitalOcean. La documentation officielle de MongoDB est également une excellente ressource pour découvrir les possibilités que MongoDB a à offrir.



      Source link